Dans la forêt – Jean Hegland

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoirvacillé, plus d’éléctricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulentplus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au c ur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses.Considéré comme un véritable choc littéraire aux États-Unis, ce roman sensuel et puissant met en scène deux jeunes femmes qui entraînent le lecteur vers une vie nouvelle.

4 réflexions sur « Dans la forêt – Jean Hegland »

  1. Excellent!!Mon coup de coeur 2017!!que je vous propose en 2018…
    Magnifique hommage à la nature.
    Emouvant, prenant, on le vit à 100%.
    Un roman qui touche au plus profond.
    Essentiel!

  2. Un livre d’anticipation intéressant, dans un monde sans électricité ni essence, qui semble aussi avoir perdu le sens de la solidarité et de l’entraide. C’est une véritable réconciliation avec le monde de la forêt et la vie animale, où il faut apprendre à se débrouiller avec ce que la nature offre. Ce qui m’a gêné un peu, c’est qu’il s’agit d’un monde de femmes, où l’homme n’est qu’un reproducteur (voire pire). Même chez les animaux, il n’y a que des femelles (les poules, la laie, l’ourse, …). Une vue un peu unilatérale. Par provocation? J’ai eu pourtant l’impression qu’il s’agissait de la conviction intime de l’auteure ;-).

    « La génétique. Est-ce que tu as déjà trouvé ça logique, Nell, qu’une femme soit enceinte, porte un bébé en elle pendant neuf mois, puis le nourrisse, s’occupe de lui et change ses couches, et qu’un homme prétende que la moitié de ce bébé est à lui? »

    1. Et j’en profite pour vous conseiller la lecture du livre « Comment tout peut s’effondrer » de Pablo Servigne et Raphaël Stevens. Un « petit manuel de collapsologie à l’usage des générations présentes ». Édifiant!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*