Cet instant-là, de Douglas Kennedy

A la fois drame psychologique, roman d’idées, roman d’espionnage mais surtout histoire d’amour aussi tragique que passionnée, une oeuvre ambitieuse portée par le talent exceptionnel de Douglas Kennedy. Ecrivain new-yorkais, la cinquantaine, Thomas Nesbitt reçoit à quelques jours d’intervalle deux missives qui vont ébranler sa vie : les papiers de son divorce et un paquet posté d’Allemagne par un certain Johannes Dussmann. Les souvenirs remontent… Parti à Berlin en pleine guerre froide afin d’écrire un récit de voyage, Thomas arrondit ses fins de mois en travaillant pour une radio de propagande américaine. C’est là qu’il rencontre Petra. Entre l’Américain sans attaches et l’Allemande réfugiée à l’Ouest, c’est le coup de foudre. Et Petra raconte son histoire, une histoire douloureuse et ordinaire dans une ville soumise à l’horreur totalitaire. Thomas est bouleversé. Pour la première fois, il envisage la possibilité d’un amour vrai, absolu. Mais bientôt se produit l’impensable et Thomas va devoir choisir. Un choix impossible qui fera basculer à jamais le destin des amants. Aujourd’hui, vingt-cinq ans plus tard, Thomas est-il prêt à affronter toute la vérité ?

4 réflexions sur « Cet instant-là, de Douglas Kennedy »

  1. Un peu déçue je dois avouer …j’avais bcp d’attentes pourtant concernant ce livre de DK (dont j’ai lu tous les livres, vous vous souvenez du magnifique « La poursuite du bonheur »?!).
    J’ai bcp aimé le contexte historique, les descriptions du Berlin des années 80, le mur, etc.
    Par contre j’ai été moins convaincue par l’histoire d’amour sur fond d’histoire d’espionnage…j’ai trouvé le tout un peu convenu, limite mièvre….même si j’ai lu en une fois la deuxième moitié, prise par le « suspense », je trouve le roman affaibli par certaines facilités, ….
    Isabelle B.

  2. je partage totalement le sentiment d’Isabelle

    Douglas nous laisse approcher la vie en RDA ,
    c’est fascinant mais le roman d’amour est pour moi un peu trop conventionnel

    ce qui ne m’a pas empêché de dévorer les derniers chapitres ! ! !

  3. Eh bien moi, j’ai tout adoré : le contexte, le suspense, les réflexions plus philosophiques et aussi l’histoire d’amour entre Petra et Thomas ! Il faut absolument que j’aille un jour à Berlin…

  4. Je dois dire que ce livre a beaucoup souffert de sa comparaison avec « Dans les forêts de Sibérie », que je venais de terminer avec la tête dans les étoiles russes. Comme Isabelle et Jeaninne, cette lecture ne me laissera pas un souvenir impérissable: plaisant pour les aspects historiques mais une histoire d’amour un peu trop américaine à mon goût, c’est à dire terrible et malheureuse!! Je trouve aussi que la deuxième partie est meilleure que la première mais dans l’ensemble, c’est un gros bof!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*