Léa, de Pascal Mercier

Léa, de Pascal MercierPrésentation de l’éditeur: Combien de fois me suis-je demandé ce que ma fille serait devenue si nous n’avions pas fait cela ! Si le hasard ne nous avait pas fait entendre ces sons. La fascination qu’exerçait sur elle le son du violon aurait-elle triomphé à une autre occasion, sous une autre forme ? Quel autre événement aurait pu la sauver de sa tristesse paralysante ? Son talent serait-il apparu en tout cas ? Ou serait-elle devenue une écolière ordinaire, rêvant d’un métier ordinaire ? Et moi ? Où serais-je aujourd’hui, si je ne m’étais pas trouvé devant l’exigence immense du talent de Léa face à laquelle je n’étais absolument pas à la hauteur ? […] Tout aurait pu bien tourner, je pense, si nous ne nous étions pas engagés tous les deux, ce jour-là, dans cet escalier roulant « . Après le succès mondial de Train de nuit pour Lisbonne, Pascal Mercier réussit de nouveau à mêler réflexion philosophique, intuition sensible et virtuosité narrative.

3 réflexions sur « Léa, de Pascal Mercier »

  1. Je viens de terminer ce roman hier soir, et il continue à me « hanter » …Pas une histoire facile. Plusieurs thèmes abordés : la relation bouleversante père-fille où le père culpabilise car il ne comprend pas le malheur qui est arrivé, la difficulté à exprimer ses sentiments surtout lorsque la musique absorbe tout, la fragilité d’un équilibre guetté par la folie, le rôle de la musique qui va ramener à la vie mais va aussi participer à la destruction, …J’ai aimé car c’est un livre intimiste et profond. Mais j’ai moins apprécié le côté mélancolique, avec une lenteur et une tension trop prolongées pour mon goût.

    Contente de lire que Sylvie a vraiment apprécié. Qu’en pensent les autres?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*