L’hymne de bataille de la mère Tigre, de Amy Chua

« Voici l’histoire d’un violent conflit culturel entre l’Est et l’Ouest. Pour Amy Chua, fille d’immigrés chinois aux Etats-Unis, il n’y a pas de doute : hors de question de suivre le modèle occidental d’éducation des enfants, qu’elle considère comme trop permissif, individualiste et voué à l’échec. Elle suivra le modèle de ses parents en éduquant ses enfants à la chinoise, et entonnera ainsi son hymne de bataille de la mère Tigre. Concrètement, ses filles, Sophia et Lulu, doivent obtenir les meilleures notes à l’école, apprendre le mandarin et devenir des musiciennes talentueuses dès le plus jeune âge. Le prix à payer de l’excellence ? Pour les filles : pas de jeux avec les copines, pas de télévision, pas le droit de choisir leurs activités. Pour la mère : batailles, disputes et cris jusqu’à en perdre la voix, pour les faire travailler, réviser, répéter, et prendre le risque de… se faire détester. Dans ces Mémoires, Amy Chua raconte avec franchise, mais aussi avec humour et autodérision, comment elle a livré son combat quotidien en tant que mère Tigre – à l’abri des regards pour ne pas s’attirer l’opprobre de la société américaine – jusqu’au moment où elle essuiera un sérieux revers » – Juliette Bourdin.

4 pensées sur “L’hymne de bataille de la mère Tigre, de Amy Chua”

  1. une mère terrible!

    semble inimaginable à notre époque et pourtant …tout est vrai

    cette domination sur ses enfants est effrayante et me laisse pantoise

  2. La mère occidentale (plutôt laxiste) que je suis a beaucoup apprécié ce témoignage sincère et très intéressant d’une mère orientale qui veut éduquer ses enfants à la chinoise. Et comme elle l’explique très bien, nous voulons toutes les deux le bonheur de nos enfants…

  3. Je n’ai pas lu ce livre (peut-être m’y mettrai-je), mais il me semble qu’il soulève certaines questions, telles que: faut-il inculquer l’autonomie à nos enfants quitte à ce qu’ils ne fassent pas de leur vie ce que nous aurions voulu qu’ils en fissent? Notre conception du bonheur est-elle forcément celle de nos enfants? En d’autres mots, les pousser dans une voie qui n’est pas la leur, est-ce une bonne approche du bonheur?

  4. J’ai beaucoup aimé.
    Témoignage très intéressant, bien écrit, clair (l’excellence chinoise!).
    J’ai tout de même eu l’impression que même en se plaçant dans un contexte d’éducation à la chinoise, la mère chinoise, de par son propre conditionnement, son éducation, était dans l’extrême, l’obsession. Je l’ai aussi trouvée beaucoup trop axée sur le côté compétitif! Mais elle a eu, même si un peu forcée, l’intelligence de laisser « voler » sa fille.
    Chez nous, l’enfant est au sommet de la pyramide, les parents sont les servants de leur enfant. Cela permet aux parents de se sentir aimés par leurs enfants, et les enfants grandissent avec l’idée que tout leur est dû.
    Je pense que l’équilibre est entre les deux voies….ou voix….
    Isabelle I.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*